Voici la version G o o g l e de la page mise en cache de http://www.dna.fr/france/20070922_DNA004838.html extraite le 22 sep 2007 08:40:19 GMT.
La version « En cache » proposée par G o o g l e correspond à la page telle qu’elle se présentait lors de la dernière consultation effectuée par Google.
Il se peut que la page ait été modifiée depuis cette date. Cliquez ici pour consulter la page actuelle (sans mises en valeur).
Cette page mise en cache peut renvoyer à des images qui ne sont plus disponibles. Cliquez ici pour obtenir uniquement le texte mis en cache.
Pour créer un lien avec cette page ou l'inclure dans vos favoris/signets, utilisez l'adresse suivante : http://www.google.com/search?q=cache:jYpXARDhzwMJ:www.dna.fr/france/20070922_DNA004838.html+%22en+rupture+totale+avec+nos+traditions+r%C3%A9publicaines%22&hl=fr&gl=fr&strip=0.


Google n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.
Les termes de recherche suivants ont été mis en valeur : en rupture totale avec nos traditions républicaines 

Les Dernières Nouvelles d'Alsace : Les quotas, «rupture avec nos traditions»

A la une
Monde
France
Sports
Spécial foot
Direct Ligue 1
Nouveau !
Les autres sports
Météo
Infos du net
Tests jeux vidéos
Oxy'jeunes
Chapo les 10-18
Bilingue
Courrier des lecteurs
Abonnés
Actu région
Éditions locales
Economie - bourse
Faits divers
Spécial foot
Les autres sports
Culture et loisirs
Reflets DNA
Estivales DNA
Galerie photos
Recherche
Annonces
Archives
Éditions récentes :
 
Archives en ligne
Dossiers archivés
Exprimez-vous
Forums
Tchat
Loisirs
LotoKeno
Euromillion
Horoscope
Cinéma
Télé
Portails pros
Jeu.net
Jardins
Vosges à pied
Recettes de cuisine
Pratique
Urgences
Qualités : aireau
Flux RSS
Votre connexion internet
La sécurité de votre ordinateur
Journal parlé DNA
Devis travaux
Mon argent
Devis fournisseurs
Partenaires
L'Est Républicain
La Liberté de l'Est
Qui sommes-nous
Le Groupe
France
Immigration / Réaction à la proposition de Sarkozy
Taille du texte taille+1 taille+2 taille+3 taille+4 taille normale
Imprimer Envoyer à un ami
 

Les quotas, «rupture avec nos traditions»

Patrick Weil, directeur de recherches au CNRS et spécialiste des questions d'immigration, estime que le système de quotas souhaité par le gouvernement est « en rupture totale avec nos traditions républicaines ».

Que pensez-vous de cette proposition du gouvernement d'instaurer des quotas d'immigration notamment par région?
  Il n'y a plus aucune démocratie au monde qui recrute les immigrés par zone géographique parce que cela crée une hiérarchie raciale ou ethnique. C'est un système qui a existé aux États-Unis entre 1921 et 1965 et qui a suscité, après la guerre et la victoire contre le nazisme, beaucoup de réactions de pays qui avaient un quota faible et qui se plaignaient du racisme des États-Unis. La France a repoussé ce système en 1945.
Q. En quoi le gouvernement aurait-il besoin de modifications constitutionnelles pour faire adopter le principe de quotas d'immigration?
  Il est probable que si la loi française créait des quotas par origine, ce serait déclaré contraire aux principes fondamentaux de la Déclaration des Droits de l'Homme, qui est dans la Constitution. Le conseil constitutionnel risquerait d'annuler une telle décision.
Et les quotas par profession ou par secteur?
Si certains secteurs ont des besoins en main d'oeuvre, comme par exemple des infirmières, on les recrute, mais cela peut se faire sans loi. Si on veut créer un système d'immigration fondé sur des quotas comme en Espagne ou en Italie, on va faire un système par définition attractif pour des travailleurs peu qualifiés.

« La gestion par l'État
des flux d'immigration
est totalement archaïque »

 Si vous dites la France s'ouvre l'an prochain à 30 000 travailleurs du bâtiment, il y aura beaucoup plus que 30 000 personnes qui viendront. Cela provoquera une arrivée massive d'immigration irrégulière.
 C'est de plus une gestion bureaucratique. On peut faire des prévisions à deux ou trois ans qui peuvent ne pas se réaliser. Le système de gestion par l'État des flux d'immigration par secteur est totalement archaïque. Il faut laisser les entreprises faire leurs choix, quitte à les faire valider par l'État du point de vue du contrat de travail par exemple. De plus l'instauration de tels quotas irait à contre-courant de ce qui va se passer à l'horizon 2011 avec l'accès de l'ensemble des ressortissants européens aux emplois français. (voir aussi en page 3)

Édition du Sam 22 sept. 2007
© Dernières Nouvelles d'Alsace - 2007